1369468055terre-jardin

Connaître la nature du sol de son jardin est important pour réussir ses cultures.

Cela permet de savoir comment l’améliorer et quelles espèces y planter.

La terre est composée d’argile, de limon, de sable et d’humus. La quantité de chaque élément par rapport aux autres détermine sa nature. Elle peut être argileuse, limoneuse ou sableuse. Sa texture, son pH, sa capacité à retenir l’eau ou à se réchauffer dépendent de cette composition.

Pour la connaître, il est possible de faire analyser un échantillon de terre en laboratoire. Des kits en vente en jardinerie permettent de se faire une idée de son pH et de sa fertilité. Mais une simple observation de sa couleur, de sa texture et de la flore spontanée (mauvaises herbes) qui s’y développe, peut suffire.

Une terre argileuse

Facile à reconnaître, c’est une terre lourde, collante, qui se fendille en cas de sécheresse. Compacte quand vous en prenez une poignée, elle peut être aplatie en cercle sans se fendre. Plus le cercle peut être plat, plus elle est argileuse !

Laiteron des champs, renouée persicaire et chardon des champs sont quelques-unes des herbes qui poussent spontanément dans ce type de sol. Son pH est généralement neutre à acide. Pour l’améliorer, faites souvent des apports de compost et d’engrais. Bêchez avant l’hiver.

Retrouvez nos conseils pour adapter vos plantation en cas de terre argileuse

Une terre limoneuse

C’est la terre intermédiaire, à la texture moyenne, retenant bien l’eau. Fertile, elle est neutre à acide. Si vous en prenez une poignée et que vous l’aplatissez, elle ne peut atteindre moins de 5 mm sans se fendiller.

Il s’agit d’une bonne terre, que vous pouvez enrichir et aérer en semant un engrais vert avant l’hiver.

Une terre sableuse

Légère, crissante, une terre sableuse retient peu l’eau et se réchauffe facilement. Elle ne forme pas de motte quand vous en prenez une poignée. Un sol sableux donne des cultures précoces, contrairement à un sol argileux, son opposé.

Anthémis et pensées des champs y poussent naturellement. C’est une terre pauvre, qui peut être acide. Des apports réguliers de compost et d’engrais permettront de l’enrichir.

Calcaire ou pas ?

Pour savoir si votre terre est calcaire, versez-y un peu de vinaigre blanc : plus la réaction est effervescente, plus le sol est calcaire (pH basique).

De nombreux végétaux s’adaptent à une terre calcaire. Des apports de fumier et l’enfouissement d’engrais vert permettent de l’améliorer.

Laure Hamann